GREGOIRE

Tout a un début et une fin
aussi
Me disait autoritaire, Grégoire
Mon père
Que je n’aimais point.
Tout les matins, après
les œufs et le thé vert
Maintenant
Une morale, disait mon père
Et si tout finissait? (C’est ainsi
Qu’il parlait) Et si tout finissait,
Que resterait-il?
Tes choix ne sont pas à refaire, Eli
(C’est ainsi
qu’il me nommait)
Mais une fois fait tu ne pourras
Les défaire.
Longtemps j’ai rigolé car
Je l’avoue maintenant,
Je n’y entendais rien
Mais désormais je comprends
Ce que disait Grégoire, mon père
Que la vie
N’est pas le brouillon
De la vie
Et qu’on ne peut refaire

Publié dans Traction-Brabant n°63 (Juin 2015)